Contenu

Cet été, Force ouvrière ne reste pas l’arme au pied !

La période actuelle est habituellement celle du début des congés d’été, quand on espère mettre derrière soi, à l’écart, les soucis. Elle devrait l’être, car le « confinement » et sa sortie n’ont rien de reposant ni de serein.

Il y a tout d’abord eu la peur de contracter le virus, le Covid-19, la litanie des malades en réanimation, des décès. Peur d’autant plus prégnante pour celles et ceux qui ne pouvaient pas s’arrêter pour le service des autres : personnels de santé, agents des services publics et salariés des secteurs d’activité indispensables à la vie quotidienne de la population (postiers, personnels et enseignants de l’Éducation nationale, des crèches et assistantes maternelles pour l’accueil des enfants de soignants, salariés des services à la personne à domicile, caissières, manutentionnaires, transporteurs, salariés du nettoyage-propreté, de la prévention-sécurité, éboueurs…).

Lire l’édito d’Yves VEYRIER