Contenu

Olivier Jacob : “Le terme de « préfectoralisation » des services déconcentrés renvoie une image passéiste”

La seconde phase de la réforme de l’organisation territoriale de l’État sera actée dans quelques jours, avec la mise en place des nouvelles directions départementales et régionales intervenant dans le champ de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités : les Dreets et les Ddets [lire encadré ci-dessous]. Quels sont les objectifs de cette réforme ?
Le fondement de cette réforme a été affiché dès 2019 par le gouvernement : à l’époque, il s’agissait de créer ce que l’on appelait un “service public de l’insertion”. Nous parlons désormais davantage d’un “service public de l’insertion et de l’emploi”, avec l’objectif de réunir, dans un seul et même service de l’État, l’ensemble des services mettant en œuvre des politiques publiques visant à lutter contre la pauvreté. Cette volonté prend d’autant plus de relief aujourd’hui alors que nous allons devoir gérer toutes les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire. Aussi, avec ces regroupements, la réforme vise à décloisonner les services de l’État, de manière à ce qu’ils se parlent davantage et agissent ensemble. L’objectif n’était pas de faire des économies en matière d’emplois.

Lire l’article de Bastien Scordia d’Acteurs publics